fbpx

Gaspard Freediving

Apnée vertical : 4 types de sessions

Quand j’ai commencé à faire de l’apaisement, toutes mes séances de « profondeur » étaient similaires : 2 plongées « warm-up » avec un accrochage à 10m suivi d’une succession de plongées « max » chacune jusqu’à ce que je ne puisse plus é
galiser. Aujourd’hui, j’essaie d’avoir une stratégie différente et plus mature : je fais une distinction claire dans mon approche de mes sessions. En outre, avant même d’organiser la session, je décide à l’avance quelle sera sa nature parmi les 4 modèles que je vais vous présenter.

Session « Fun »:

Il s’agit d’une session pour laquelle je n’ai pas de plan en tête et de décider de mes plongées « en me sentant » pendant la session, je me concentre habituellement sur mes sensations et ne prête aucune attention à ma technique. Je fais aussi peu attention à la profondeur maximale disponible et je n’ai pas l’intention de faire des exercices particuliers. Là où je vais regarder, c’est mon copain: ce doit être quelqu’un avec qui je m’entends en dehors de l’eau et dans l’eau; c’est juste une question de s’amuser. Si sur certains types de sessions (voir ci-dessous) je préfère plonger avec des gens d’un niveau similaire au mien, pour ces sessions, cela ne m’importe pas et cela peut être l’occasion de plonger avec mes amis « débutants ». En général, je préférerai ce type de session si cela fait longtemps que je n’ai pas plongé pour recommencer en douceur ou quand j’ai un écart de quelques jours entre 2 cours.

Session de formation : technique

Ce sont des plongées peu profondes (par rapport à mon maximum) qui me permettront de me concentrer sur les détails que je veux améliorer / travailler sur. L’intérêt de faire cela sur les plongées peu profondes est d’être en mesure de multiplier les plongées dans la même session sans qu’il soit physiquement ou mentalement fatigué. Ce sont aussi des plongées qui me permettront d’identifier le moindre inconfort et indiqueront donc les points sur qui travailler. Ce sont généralement des sessions assez longues que j’essaie de planifier avec quelqu’un qui va faire quelque chose de semblable, sinon l’un de nous pourrait s’ennuyer. J’essaie aussi de planifier ces sessions avec des gens qui sont aussi instructeurs ou qui au moins eux-mêmes ont une bonne technique et une bonne expérience d’une manière générale: il peut être égoïste, mais sur ce type de session, je veux que toute mon attention soit concentrée sur mes plongées et je ne veux pas « voir » les erreurs du débutant qui va réveiller mon côté instructeur et me sortir de ma concentration. Enfin, c’est ce type de plongée pour lequel je voudrais peut-être demander à l’un de mes partenaires d’entraînement de filmer pour identifier les points à améliorer.

Séance d’entraînement : exercices

Contrairement aux plongées que j’appelle « techniques » et qui constituent des plongées « complètes » et « normales », ces sessions viseront à travailler sur un seul et unique point : il peut s’agir du temps de plongée, de la flexibilité, de l’égalisation, de l’adaptation à la profondeur… Avant la session, je choisirai donc un aspect sur qui travailler et cet aspect sera travaillé par un exercice spécifique. Ici, pour le choix du copain, cela dépendra généralement de la nature de l’exercice que j’ai l’intention de faire; c’est à moi de m’assurer qu’ils comprendront la nature et les enjeux et surtout qu’ils sont à l’aise pour assurer ma sécurité car certains exercices peuvent induire un temps de plongée assez long qui n’a rien à voir avec le fameux « 1 mètre par seconde ». La communication avant la session est donc essentielle ici pour s’assurer que tout le monde est sur la même longueur d’onde (je vous rappelle que si un partenaire de plongée n’est pas à l’aise avec ce que j’ai l’intention de faire, il a le droit parfait de refuser de plonger avec moi).

Plongée complète : Max et répétitions

Ici, enfin, il s’agit de rassembler les pièces du puzzle pour améliorer ses résultats. Je voudrais revenir à la notion de « max » : ce n’est pas forcément un PB (record personnel) mais la plongée la plus profonde que l’on puisse faire avec un confort physique et mental à ce moment précis. Il peut donc parfois s’agir de répéter une profondeur déjà faite (la veille ou il y a plusieurs années) ou de faire un record personnel; la différence n’a pas beaucoup d’importance, ce qui importe, c’est votre niveau de confiance au moment de faire la plongée. Bien sûr, vous voulez faire ce type de plongée avec quelqu’un en qui vous avez confiance, mais surtout, vous voulez un « plan » précis pour votre session : avant d’aller dans l’eau vous savez qui plonge dans quel ordre et à quelle profondeur, vous savez si vous devez faire la sécurité pour quelqu’un d’autre ou non, vous avez pris en compte les intervalles de surface et vous connaissez la température de l’eau , vous savez que vous n’avez pas froid lorsque vous commencez votre plongée. Il s’agit d’éviter les événements inattendus et les malentendus qui pourraient compromettre le succès de votre plongée.

Conclusion

Ce que je propose ici peut bien sûr être adapté à d’autres disciplines d’apaisement ou même à toute activité d’une manière plus générale. L’intérêt de maintenir cette distinction au niveau des sessions (et pas seulement des plongées) est qu’elle facilitera la création et l’application d’un plan de formation. Sinon, il est facile et rapide de se perdre et de perdre de l’efficacité. En outre, en allant dans l’eau avec un (et un seul) objectif spécifique à chaque fois, plus de votre attention et la concentration peut être consacrée à cet objectif, et vous serez plus susceptibles de récolter rapidement les avantages de votre formation.