fbpx

Gaspard Freediving

Frenzel : Pourquoi est-il plus facile de compenser la tete en haut ?

compensation tete en haut

Introduction

Comme nous l’avons vu dans un article publié l’année dernière, contrairement à certaines croyances populaires, tant que nous sommes détendus, l’air voyage naturellement des poumons à la bouche et ce, indépendamment du fait d’être tête en haut ou tête en bas. La raison principale étant que les poumons sont beaucoup plus flexibles que la tête et la cavité orale. La pression externe est donc restituée en premier dans les poumons et l’air voyage dans le sens “haute pression vers basse pression”. Pour plus de détails, je vous invite à lire ou relire cet article.

Le problème de cette démonstration c’est qu’elle ne permet pas d’expliquer un phénomène que la plupart des apnéistes ont pu observer : il est plus facile de compenser lorsque nous somme la tête en haut.

Dans cet article, je vais vous présenter les deux explications qui me semblent les plus pertinentes pour expliquer ce phénomène pour la compensation en Frenzel. Vous êtes déjà peut-etre familier avec la première de ces explications. La 2e est le fruit de mon travail sur le sujet et je ne l’ai jusqu’à maintenant jamais entendu formulée par qui que ce soit d’autre. Sachez tout de même qu’un médecin hyperbar (Dr Heikal pour les intimes) m’en a confirmé la pertinence.

Petit rappel

Avant d’aller plus loin, penchons nous sur la mécanique d’une compensation. Une compensation (hors BTV) consiste à générer de la pression à l’entrée des trompes d’eustaches pour les ouvrir. Une fois ouvertes, l’air vient naturellement se loger dans l’oreille moyenne. La quantité de pression que vous devez générer vous la connaissez peut-etre si vous avez déjà utilisé un outil du type EQ tool (pas un otovent). A titre indicatif, on peut considérer une “moyenne” de cette valeur a environ 30 millibar (cette valeur n’a rien de définitif et il existe plusieurs moyens de la faire diminuer, a commencer par une bonne hydratation). Néanmoins, il est important de comprendre que cette valeur n’est pas absolue, il s’agit de 30 millibar EN PLUS de la pression ambiante. C’est à dire que si je me retrouve dans un caisson hyperbar a 2 bars, 3 bars ou 10 bars de pression ambiante, je devrais toujours générer 30 millibar de pression supplémentaire pour ouvrir mes trompes.

Explication 1 : plus de pression sanguine tête en bas

Notre sang est sujet à la gravité et lorsque nous somme tete en bas la pression sanguine vers notre tête augmente. Les trompes d’eustaches étant suffisamment souples, elles accumulent plus de sang. Cela a pour effet de les “alourdir” et nous avons besoin de plus de pression pour les ouvrir. Pour mieux comprendre le phenomene, vous pouvez vous représenter les trompes d’eustaches comme des portes battantes qu’il faut pousser pour ouvrir. Plus une porte est lourde, plus vous aurez besoin de générer de force, de pression pour l’ouvrir. Cette pression supplémentaire à générer rend donc la compensation tête en bas plus difficile.

Explication 2 : une pression ambiante supérieure lorsque nous somme tete en haut.

Imaginons un plongeur tête en bas dont la tête se trouve à exactement 10 m de profondeur et la zone abdominale à 9,5m. Comme nous l’avons expliqué en introduction, la tête ne se déforme pas sous la pression et ne peut donc pas restituer la pression externe. Ainsi la pression “naturelle” dans la dans cavité orale sera de 1,95 bar. Si maintenant notre plongeur passe tête en haut tout en gardant sa tête à 10m de profondeur, sa zone abdominale se trouve maintenant à 10,5 m de profondeur et la pression “naturelle” dans la cavité orale passe à 2,05 bar. Cela nous donne donc une différence de pression ambiante théorique de 0,1 bar. “Théorique” car deux mécanismes difficilement quantifiables que je ne détaillerais pas ici viennent largement atténuer cette valeur. Nous sommes néanmoins dans un ordre de grandeur comparable aux 0.03 bar (30 millibars souvenez vous) dont nous avons a priori besoin pour compenser. Ainsi pour reprendre reprendre l’analogie de la porte battante, c’est comme si vous aviez un puissant vent qui poussait en permanence contre cette porte et vous avez ainsi besoin de générer moins de force pour l’ouvrir. 

Petite mise en perspective

Pour ceux qui ont du mal a se representer toutes ces valeurs et qui ne se rendent peut-être pas compte à quel point un écart de 50 cm (estimation d’écart entre le sternum et la tête) d’eau peut avoir un si gros impact “ressenti” (c’est VRAIMENT plus facile de compenser tête en haut), il peut être intéressant de se demander combien de mètres représente cet écart de pression à l’air libre, à la surface… 500 mètres ! c’est à dire qu’en terme de pression, une colonne d’eau de 50cm est similaire à une colonne d’air de 500m. En terme de pression toujours, 1m70 d’eau (taille d’un humain) représente environ 1700m d’air. Oui c’est beaucoup et cela nous montre à quel point il est nécessaire de s’intéresser à la manière dont la pression externe s’exerce et se retransmet sur les différentes parties du corps si l’on souhaite comprendre la compensation.

Quelles applications?

Pour ceux qui se demandent à quoi toutes ces “prises de têtes » peuvent servir je répondrais d’abord que cela nourrit la curiosité de ceux qui “aiment comprendre” et c’est déjà pas mal ! 

Mais ensuite on peut y trouver une application pédagogique : 

A titre personnel, depuis quelques mois, une fois qu’un élève débutant est confortable avec la compensation tête en haut, plutôt que de faire un “essai” tête en bas ou de rajouter de la profondeur pour le faire aller plus profond tête en haut, je garde la ligne a la même profondeur en lui donnant l’instruction de générer plus pression dans sa compensation, d’être un peu plus “agressif”. Cela permet de simuler dans le confort les prochaines plongées que l’élève aura à effectuer et cela constitue une étape intermédiaire augmentant à mon sens les chances de succès.

Pour aller plus loin

Vous aimez bien ce type d’article un peu technique sur la compensation ? Allez jetez un oeil à celui ci :

Frenzel : faut-il transferer de l’air dans sa bouche pour plonger à 30m